Tableau 1.

Facteurs de risque d’une carence en vitamine D

FACTEUR DE RISQUEMÉCANISME
Manque d’exposition au soleil5Moins grande synthèse au niveau de la peau.
Latitude de la résidence6Aucune synthèse au niveau de la peau de novembre à mars dans le Nord à une latitude de 52° (p. ex. Edmonton, Alberta).
Utilisation d’écran solaire7Un FPS de 15 bloque 99 % de la synthèse au niveau de la peau.
Urbanisation8Plus de temps passé à l’intérieur et plus grande utilisation de l’automobile.
Vieilissement9Réduction de 75 % de la régénération de la peau à 70 ans; plus grande institutionnalisation en raison d’un plus grand pourcentage de la population qui vieillit.
Plus grande prévalence des maladies chroniques10Exposition au soleil réduite en raison de plus longues périodes à l’intérieur; certains problèmes chroniques contribuent physiologiquement à une réduction de la production de vitamine D (p. ex. néphropathie chronique); avec le vieillissement de la population, la prévalence des maladies chroniques augmentera.
Utilisation accrue de médicaments11Les anticonvulsifs, les glucocorticostéroïdes, les médicaments contre le VIH et certains agents anti-rejets réduisent les taux de vitamine D.
Choix alimentaires limités12Les poissons gras et les huiles de poisson sont les seules sources alimentaires à forte teneur et ils deviennent de moins en moins disponibles.
Dépendance à l’endroit de la fortification des aliments13Les sources alimentaires sont insuffisantes; au Canada, le lait de vache et de soja et la margarine sont fortifiés.
Migration des populations5La migration rapide des personnes ayant une peau pigmentée vers les régions polaires peuvent réduire de jusqu’à 99 % la synthèse au niveau de la peau.
Habillement traditionnel14Les vêtements nuisent à la synthèse; les musulmanes qui portent des vêtements traditionnels présentent un rapport de cotes de 2,3 sur le plan du risque d’ostéoporose.
Obésité15Selon une étude en 2006, deux tiers des Américains avaient un excès de poids ou étaient obèses; la vitamine D est emprisonnée dans le gras corporel et ses taux sont inversement proportionnels à l’IMC.
Moins de possibilités d’activité physique16La préférence pour les déplacements motorisés, la mauvaise planification urbaine et la qualité médiocre de l’air contraignent à pratiquer les activités physiques à l’intérieur.
Pigmentation de la peau4La mélanine bloque efficacement les rayons UVB.
Saisons5Très peu de synthèse de la vitamine D peut se produire par exposition au soleil durant les mois d’hiver dans les pays nordiques.
Sexe17,18Les femmes sont à risque accru de carence en raison du pic de masse osseuse plus faible, des demandes accrues durant la grossesse et de l’habillement traditionnel dans certaines régions.
Demandes métaboliques19La croissance squelettique rapide dans l’utérus et durant la petite enfance augmente la demande de calcium et de vitamine D; le lait maternel en contient peu.
Malabsorption5La vitamine D est liposoluble; ainsi, ceux qui souffrent de syndromes de malabsorption comme la maladie de Crohn ou la maladie cœliaque sont à risque.
  • IMC—indice de masse corporelle, FPS—facteur de protection solaire