Tableau 2.

Principales constatations des études examinées : A) Études dont les résultats différaient selon le sexe; B) Études dans lesquelles le sexe n’était pas précisé.

A)
ÉTUDE DANS LAQUELLE LES RÉSULTATS DIFFÉRAIENT SELON LE SEXE
PARAMÈTRES MESURÉSPRINCIPALES CONSTATATIONS
FILLESGARÇONS
Franko et coll.15, 2008Comportements alimentaires désordonnés, inquiétude de l’image corporelle et usage de substancesIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et les symptômes de boulimie, l’insatisfaction face à son corps, l’aspiration à la minceur et le tabagisme
La FRF n’était pas significativement associée à des comportements de contrôle extrême du poids ni avec la consommation d’alcool
SO
Neumark-Sztainer et coll.19, 2004Comportements alimentaires désordonnésIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et des comportements de contrôle extrême et moins excessif du poids, ainsi que les régimes amaigrissants chroniques
La FRF n’était pas significativement associée avec l’hyperphagie
Il y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et des comportements de contrôle extrême et moins excessif du poids (la relation avec un contrôle moins excessif du poids n’étant présente qu’après ajustements en fonction de l’IMC et des facteurs sociodémographiques)
La FRF n’était pas associée significativement avec l’hyperphagie ni avec les régimes amaigrissants chroniques
Fisher et coll.30, 2007Usage de substancesIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et commencer à boire de l’alcool (c.-à-d. que les filles qui prenaient chaque jour un repas en famille étaient 50 % moins enclines à commencer à boire de l’alcool que celles qui ne prenaient un repas en famille que certains jours ou jamais)La FRF n’était pas associée significativement avec commencer à boire de l’alcool
Haines et coll.32, 2010Comportements alimentaires désordonnésIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et la purgation, l’hyperphagie et les régimes amaigrissants chroniquesIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et l’hyperphagie ainsi que les régimes amaigrissants chroniques
La FRF n’était pas significativement associée avec la purgation
Sen34, 2010Usage de substances et comportements violentsIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et le tabagisme, la consommation de marijuana et d’alcool et la violence physiqueIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et le tabagisme, la consommation de marijuana et d’alcool et la violence physique
Neumark-Sztainer et coll.38, 2008Comportements alimentaires désordonnésIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et les comportements de contrôle extrême et moins excessif du poids, l’hyperphagie et les régimes amaigrissants chroniquesLa FRF n’était pas significativement associée avec des comportements de contrôle extrême du poids, l’hyperphagie ou les régimes amaigrissants chroniques
Il y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et une probabilité accrue de contrôle moins excessif du poids (p. ex. sauter un repas et consommer très peu d’aliments)
Eisenberg et coll.36, 2004Estime de soi, réussite scolaire, symptômes de dépression ou pensées suicidaires et usage de substancesIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et une faible estime de soi, des moyennes scolaires peu élevées, de forts symptômes de dépression, des pensées suicidaires, des tentatives de suicide, le tabagisme, la consommation de marijuana et d’alcoolIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et des moyennes scolaires peu élevées, de forts symptômes de dépression, des pensées suicidaires, le tabagisme, la consommation de marijuana et d’alcool
La FRF n’était pas significativement associée avec une faible estime de soi
Neumark-Sztainer et coll.39, 2007Comportements alimentaires désordonnésLa FRF était associée de manière significative sur le plan statistique avec des comportements de contrôle extrême du poids et l’hyperphagieLa FRF n’était pas significativement associée avec des comportements de contrôle extrême du poids ni l’hyperphagie
Eisenberg et coll.40, 2008Usage de substancesIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et le tabagisme, la consommation de marijuana et d’alcoolLa FRF n’était pas significativement associée avec le tabagisme, la consommation de marijuana et d’alcool
B)
ÉTUDE DANS LAQUELLE LE SEXE N’ÉTAIT PAS PRÉCISÉ
PARAMÈTRES MESURÉSPRINCIPALES CONSTATATIONS
White et Halliwell16, 2010Usage de substancesIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et le tabagisme et la consommation d’alcool
Fulkerson et coll.18, 2006Comportements alimentaires désordonnés, symptômes de dépression ou pensées suicidaires, estime de soi, réussite scolaire, usage de substances et comportements violentsIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et la purgation, l’hyperphagie, la dépression ou le risque de suicide, la consommation d’alcool et de drogues, le tabagisme et les comportements violents
Il y avait une association positive statistiquement significative entre la FRF et une meilleure estime de soi et une plus grande détermination à apprendre.
Woodruff et Hanning35, 2009Comportements alimentaires désordonnés, inquiétude de l’image corporelle et efficacité personnelleAucune association n’a été cernée entre la FRF et les régimes amaigrissants
Il y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et sauter un repas (le petit déjeuner en particulier) et une inquiétude quant à un surpoids
Il y avait une association positive statistiquement significative entre la FRF et une plus grande efficacité personnelle quant à une saine alimentation tant à la maison en famille que lors des activités sociales avec des amis
Fulkerson et coll.33, 2009Comportements alimentaires désordonnés, symptômes de dépression et usage de substancesIl y avait une association inversement proportionnelle statistiquement significative entre la FRF et sauter un repas (le petit déjeuner en particulier) et des symptômes de dépression
La FRF n’était pas significativement associée avec des comportements de contrôle extrême ou moins excessif du poids, ni avec le tabagisme, la consommation de marijuana, d’alcool ou de drogues illicites
Sierra-Baigrie et coll.37, 2008Comportements alimentaires désordonnésLa FRF n’était pas significativement associée avec l’hyperphagie
  • FRF—fréquence des repas en famille, IMC—indice de masse corporelle, SO—sans objet.