Tableau 1.

Méta-analyses et ERC évaluant les effets des statines et de l’AP sur les résultats en matière de santé

RÉSULTATSCONSTATATIONS AVEC LES STATINESCOMMENTAIRESCONSTATATIONS AVEC L’APCOMMENTAIRES
Incidents CV
  • Réduction des incidents en prévention primaire (RR = 0,81)18

  • Réduction additionnelle de 16 % dans le RR résiduel à l’aide de statines à dose élevée3

  • RR de 0,69 en comparant la catégorie la plus élevée et la plus faible chez les marcheurs19

  • RR de 0,88 pour l’activité modérée et de −0,73 pour l’activité vigoureuse20

  • Dans les groupes de niveaux élevés d’exercices, RR de 0,76 chez les hommes et de −0,73 chez les femmes21

  • Ont démontré une réponse selon la dose

  • Bienfaits au moins équivalents à l’usage des statines et bonne option de rechange aux statines si refusées ou non tolérées22*,23*

MCV et mortalité toutes causes confondues
  • Réduction en prévention primaire (RR = 0,86)24

  • Réduction en prévention secondaire (RR = 0,82)17

  • Réduction NS de la mortalité toutes causes confondues ou plus faible que la réduction des incidents dans toutes les méta-analyses18,2429

  • Autosignalement : RR de 0,70 de la mortalité due aux MCV30

  • Mesure de la condition physique : RR de 0,43 de la mortalité due aux MCV30

  • Accéléromètre : RR de 0,60 à 0,37 de la mortalité due aux MCV31

  • Réduction dramatique de la mortalité si la mesure de la condition est utilisée plutôt que l’autosignalement

  • Bienfaits pour la réduction de la mortalité de toutes causes et des incidents CV sont à peu près semblables19

Risque dediabète
  • Hausse du RR de 1,09; hausse du risque absolu de 0,4 % (NNN = 225)32

  • Une dose élevée c. modérée a augmenté le RR à 1,12; hausse du risque absolu de 0,2 % (NNN = 498). Réduction du RR d’incidents CV à 0,8433

  • Le risque de causer le diabète est très faible, mais peut devenir statistiquement significatif si un nombre important de personnes suivent le traitement. Hausse additionnelle légère avec une dose élevée

  • Réduction du RR de 0,74 au niveau d’exercices recommandé, de 0,64 au double du niveau d’exercices recommandé et de 0,47 aux niveaux d’exercices plus élevés34

  • 1 seule méta-analyse disponible

  • Des exercices modérés d’environ 18 km/semaine étaient équivalents à une combinaison d’exercices et de perte pondérale pour prévenir le diabète, selon l’étude STRRIDE35*

Obésité
  • Chez les utilisateurs de statines depuis > 10 ans, l’IMC a augmenté de 1,3 kg/m2, tandis que chez les non-utilisateurs, l’IMC a augmenté de 0,4 kg/m2. Les utilisateurs de statines consommaient plus de calories et de gras, de manière statistiquement significative36*

  • Il s’agit de la répétition d’une étude transversale effectuée à 10 ans d’intervalle, à l’aide des données de la NHANES, qui portait sur 28 000 personnes. Potentiel élevé de confusion36

  • Des exercices d’intensité de modérée à élevée, de 3 à 5 fois par semaine, peuvent engendrer une perte pondérale de 2 à 3 % sur 6 mois37

  • Ces constatations sont le résultat d’une revue d’ERC et de méta-analyses. Les données sont très hétérogènes et mettent en doute la pertinence de la revue.

Cognition
  • Aucune preuve relevée dans une récente méta-analyse de Cochrane sur les bienfaits des statines dans le traitement38 ou la prévention39 de la démence d’Alzheimer

  • Aucune étude n’évalue les effets des statines sur la démence vasculaire

  • Les études n’ont trouvé aucune preuve de bienfaits ou de torts lorsque des statines étaient données à des patients atteints de démence. Toutes les ERC étaient de courte durée

  • RR de 0,65 pour le déclin cognitif et de 0,86 pour la démence dans des méta-analyses d’études prospectives de cohortes40

  • Aucune preuve de bienfaits dans la méta-analyse de Cochrane sur les ERC41

  • Les ERC n’étaient pas en aveugle et toutes les interventions étaient de < 1 an. Les études prospectives de cohortes comportaient un suivi bien plus long

  • Les 2 études reconnaissent un potentiel de biais

  • Faibles preuves de bienfaits

Risque de cancer
  • Une méta-analyse d’ERC sur les statines n’a pas dégagé de bienfaits ou de torts42

  • Aucune influence des statines sur la mortalité due au cancer dans un suivi à long terme d’ERC à 6 et à 14 ans43

  • Les études de suivi à long terme n’étaient plus randomisées

  • RR de 0,93 à 0,84 pour la réduction dans les groupes à niveaux d’activités plus élevés c. ceux à niveaux d’activités les plus faibles44,45

  • Des méta-analyses d’études prospectives de cohortes, qui se limitent donc à des associations

  • L’incidence de tous les cancers était réduite, sauf pour les mélanomes dont l’incidence a augmenté44

Risque de chutes
  • Incohérence dans les résultats des études prospectives de cohortes :

    • -aucun risque accru ni de faiblesse proximale46*

    • -risque accru de chutes avec plus grande faiblesse des muscles proximaux47*

  • Aucune méta-analyse disponible

  • Les méta-analyses des études prospectives de cohortes font valoir une réduction des risques de ratios en pourcentage allant de 0,7148 à 0,6349

  • Bienfaits évidents en dépit des niveaux plus élevés d’activité. Résultats vulnérables aux facteurs de confusion et ne peuvent faire valoir qu’une association

Risque de fractures
  • Une méta-analyse d’études de cas-témoins et de cohortes fait valoir une association avec une réduction du risque de fractures (RC = 0,80)50

  • Aucune ERC disponible

  • Une méta-analyse d’ERC rapporte que les interventions liées aux exercices présentent un ratio en pourcentage de 0,60

  • Une méta-analyse de cohortes fait valoir une association avec une réduction des chutes (RR = 0,71)51

  • Constatations d’une analyse secondaire d’ERC et d’études de cohortes. La causalité n’est pas fermement établie

Personnes âgées
  • Mortalité : Aucune réduction de la mortalité en prévention primaire pour les personnes âgées de > 65 ans pendant un suivi de 3 ans52

  • Mortalité : RR de 0,78 en prévention secondaire pour les personnes âgées de > 65 ans sur 5 ans53

  • Cependant, dans ces études, une réduction statistiquement significative des incidents CV pour la prévention primaire et secondaire est démontrée

  • Autosignalement : mortalité réduite pour les personnes âgées de > 65 ans qui ont atteint le niveau d’AP recommandé (RR = 0,72) et pour celles qui ont atteint des niveaux d’AP plus élevés que ceux recommandés (RR = 0,65)54

  • Mesure de la condition physique : RR de 0,71 à 0,46 pour les niveaux d’AP recommandés c. les niveaux plus élevés que les recommandations chez les personnes âgées de > 70 ans23*

  • Bienfaits chez les personnes âgées semblables à ceux chez les plus jeunes, en réponse directe à la dose

QdV
  • Aucune donnée

  • Les études sur les statines ont constamment échoué à démontrer une influence sur la QdV24

  • Meilleure QdV dans la réadaptation cardiaque à base d’exercices dans une méta-analyse d’ERC55

  • Améliorations semblables avec des exercices dans 2 ERC : chez les femmes manifestant une réponse selon la dose56*; meilleure QdV dans une étude de 9 mois chez des personnes diabétiques57*

  • De nombreuses ERC sur les exercices dans le cas de diverses maladies chroniques démontrent aussi les effets bénéfiques des exercices sur la QdV

  • CV —cardiovasculaire, ERC—étude randomisée contrôlée, IMC—indice de masse corporelle, MCV—maladie cardiovasculaire, NHANES—National Health and Nutrition Examination Survey, NNN—nombre nécessaire pour nuire, NS—non significatif, QdV—qualité de vie, RC—rapport de cotes, RR—risque relatif, rapport de risque, STRRIDE—Studies of a Targeted Risk Reduction Intervention through Defined Exercise.

  • * Désigne les ERC dont les résultats sont statistiquement significatifs.